Masque Hannya histoire et la signification

Masque Hannya : histoire et la signification

Le noh est un théâtre musical traditionnel japonais basé sur la littérature ancienne qui est joué depuis le 14e siècle. Un mystérieux monstre se transforme en forme humaine et raconte l’histoire dans le récit. Par leurs gestes et l’apparition de masques, les interprètes transmettent un récit. Ils résument l’essentiel de l’histoire. Kygen est une sorte d’acte théâtral comique traditionnel japonais. Il était joué en guise de pause entre les représentations de nô.

Le shinto est une religion ethnique japonaise qui met l’accent sur les activités cérémonielles. Le kagura est un style de danse dramatique shinto.

Dans les représentations de théâtre traditionnel japonais noh et kygen, ainsi que dans les danses cérémonielles Shinto Kagura, le masque Hannya symbolise un démon féminin jaloux, un serpent et parfois un dragon. Le masque présente une bouche déchirante, des crocs acérés, des yeux métalliques (du fait qu’il n’est pas humain) et deux cornes pointues semblables à celles d’un démon. Le plus ancien masque Hannya qui ait été conservé date de 1558. Le masque Hannya est l’un des masques nô les plus connus.

Lorsqu’un certain personnage doit être invoqué, ce masque est utilisé pour symboliser la colère et l’angoisse féminines. Il est difficile de transmettre ces deux sentiments au même moment. Il symbolise une femme qui s’est entichée du diable ou qui prend la forme d’un démon. L’expression du masque d’Hannya est démoniaque, furieuse, effrayante, mortelle et torturée, mais aussi mélancolique, au cœur brisé, mélancolique et endeuillée. Elle commence comme une femme ordinaire, mais après avoir été trompée, elle devient furieuse et envieuse, et se transforme en démon.

Le masque semble furieux lorsqu’il est tenu droit devant. Lorsqu’il est pressé contre le visage, il semble triste.

hannya

Le Folklore du pays du soleil levant vous plait ? Découvrez la signification des mystérieuses Carpes Koi

Il est sculpté dans une seule pièce de bois et souvent peint dans une teinte sombre. Il peut être créé pour être montré ou porté lors d’un spectacle. Si le masque représente un rang aristocratique, il est blanc ; s’il représente une classe inférieure, il est rouge ; et s’il représente un démon, il est sombre. Il existe trois masques qui dépeignent les émotions changeantes des femmes. Le premier masque dépeint la jalousie, le deuxième représente une personne à mi-chemin de la folie totale, et le troisième masque représente une fille devenue complètement folle et transformée en monstre.

Hannya est un mot japonais qui signifie la sagesse. Selon la légende, le masque doit son nom à l’artiste moine Hannya, qui l’a poli et a dû faire preuve d’un savoir considérable pour le créer. La connaissance transcendantale est la méthode idéale pour comprendre l’essence de la réalité afin de se défendre contre le monstre féminin.

Ces masques sont parfois conçus pour paraître joyeux d’un point de vue et tristes d’un autre. C’est également un signe de bonne chance au Japon, car il éloigne le mal. Le masque Hannya est un motif de tatouage bien connu.

Lorsque le prince Genji était jeune, il a épousé Lady Aoi dans une des pièces de théâtre. Lady Rokujo était sa maîtresse. Genji a commencé à négliger Lady Rokujo lorsque Lady Aoi est tombée enceinte. L’âme de Lady Rokujo a quitté son corps avec rage, s’est emparée du corps de Lady Aoi et a tué Lady Aoi. Par conséquent, ce conte mettait en scène des femmes trompées et furieuses qui se transformaient en monstre Hannya.

Selon une légende, la princesse Kiyohime est tombée amoureuse du prêtre Anchin lors de son passage. Il parvint à surmonter ses sentiments pour elle. Sa rage la transforma en serpent ou en dragon, et elle le poursuivit. Anchin s’est caché sous la grande cloche du temple. Lorsque Kiyohime le découvrit, elle cracha du feu qui fit fondre la cloche et le fit mourir.

Selon l’un des contes, le démon Hanna torturait les humains. Watanable no Tsuna, un samouraï, était déterminé à en finir avec le monstre. Il attendit que le monstre émerge, mais tout ce qu’il vit fut une charmante jeune femme. Elle lui a demandé de l’accompagner chez elle. Quand il l’a vue changer son nom en Hanna, il lui a tranché le bras avec son épée. Elle était introuvable. Le samouraï lui a arraché le bras et l’a rangé dans une boîte. Des années plus tard, elle est revenue chez lui en tant que tante, a récupéré son bras et est partie.

2 réflexions sur “Masque Hannya : histoire et la signification”

  1. Ping : 25 Idées de Tatouages Japonais | Tableaux Japonais

  2. Ping : Tanuki | Tableaux Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *