Banniere kitsune

Kitsune, le Renard Japonais métamorphe et charmeur

Kitsune, qui signifie renard en japonais, appartient au groupe des Yōkai, ou démons, dans la mythologie japonaise

Il existe deux types de renards au Japon : le renard rouge de Honshu (qui vit sur l’île de Honshu) et le renard d’Hokkaido (qui vit sur l’île d’Hokkaido).

Dans la mythologie japonaise, ces créatures seraient intelligentes, vivraient longtemps et auraient des capacités magiques. La capacité de modifier son apparence et de prendre une forme humaine est la plus notable ; on prétend qu’un renard apprend à le faire lorsqu’il atteint un âge particulier. Les Kitsune apparaissent souvent sous la forme d’une jolie femme, d’une charmante jeune fille ou d’un vieux monsieur, mais jamais sous celle d’une vieille dame.

La possession, la capacité d’enflammer le feu avec sa (ses) queue(s) ou de cracher du feu, la capacité d’infiltrer les rêves, et la capacité de créer des illusions si complexes qu’elles sont presque indiscernables de la réalité sont toutes des capacités attribuées aux Kitsune. Certaines légendes vont encore plus loin, décrivant les Kitsune comme ayant le pouvoir de courber le temps et l’espace, de rendre les humains fous ou de prendre des formes non humaines comme un arbre imposant ou une deuxième lune dans le ciel. Les Kitsune sont souvent qualifiés de vampires ou de succubes, car ils se nourrissent de la vie ou de l’âme des gens, généralement par le biais de rapports sexuels.

Dans leur forme actuelle, ils ont généralement l’apparence d’un renard à neuf queues.

kitsune 3

Le Fushimi Inari Taisha

Le Fushimi Inari Taisha est un temple shintoïste situé à Fushimi-ku, Kyto, au Japon, consacré au kami (esprit) Inari.

Le sanctuaire est surtout connu pour les centaines de torii vermillon qui bordent la route à flanc de colline qui y mène. Les torii ont été donnés individuellement, par des familles ou des entreprises, à travers les âges, et créent un tunnel d’environ 4 kilomètres de long.

Les kitsune blancs d’Inari sont connus sous le nom de myobu, un terme japonais désignant les femmes de la cour.

kitsune 2 2
Le temple Inari comporte deux étages

Un homme kitsune s’occupe du temple supérieur, tandis qu’une femme s’occupe du temple inférieur. Il est considéré comme l’un des lieux les plus évocateurs du Japon. Il a été utilisé comme décor pour le film Mémoires d’une geisha, sorti en 2005.

Le renard blanc et Abe no Yasuna

Un bel homme appelé Abe no Yasuna vivait à Abeno dans le Settsu il y a plus de mille ans, sous le règne de l’empereur Suzaku. Son père possédait les terres environnantes, mais elles lui furent retirées à cause d’une tromperie. Yasuna résolut de se rendre chaque jour au sanctuaire Shinodanomori-kuzunoha-inari (Kuzunoha-inari dans la forêt de Shinoda) pour prier pour sa promotion afin de restaurer la bonne réputation de la famille.

Sur le chemin du retour après les prières au sanctuaire, il fut approché par un renard blanc fuyant les chasseurs. Yasuna, toujours miséricordieux, le cacha dans les buissons et s’assit sur une pierre comme s’il dormait. Les chasseurs se sont précipités sur lui en criant :  » As-tu vu par hasard le renard blanc que nous poursuivons ? On peut supposer que tu l’as vu. »

Ils ont frappé Yasuna et il s’est effondré au sol puisqu’il n’a rien dit.

Après que les chasseurs soient partis chercher autre chose, une charmante dame est venue s’occuper de lui.

« Je m’appelle Kuzunoha et j’habite dans cette jungle. Elle va t’accompagner jusqu’à ta maison. »

Yasuna avait un sentiment étrange mais ne pouvait pas y penser à cause de l’inconfort. Elle ne pouvait s’empêcher de penser à Kuzunoha depuis cette nuit-là, même si elle était à l’agonie et avait de la fièvre.

kitsune 3 1

Kuzunoha est apparu de façon inattendue quelques jours plus tard, à la grande joie de Yasuna, et a commencé à le guérir. Grâce à elle, Yasuna était presque entièrement guérie. Elle resta chez elle et donna naissance à un petit garçon vers la fin de l’année, après que l’été et l’automne soient passés.

Le temps passa, et son fils Dojimaru (le nom d’enfance de Seimei) eut cinq ans. Un jour, au milieu de l’automne de cette année-là, Kuzunoha était assise à l’abri de la brise, regardant les chrysanthèmes fleurir dans le jardin pendant qu’elle endormait Dojimaru, sans se rendre compte qu’elle affichait sa véritable forme de renard blanc.

« J’ai peur, maman ! »

Le temps qu’elle comprenne l’appel de Dojimaru, il était trop tard, et il s’est mis à pleurer.

Cette nuit-là, Kuzunoha, qui avait pris la décision de partir, informa Dojimaru de toute la vérité pendant son sommeil.

« Souviens-toi de ce que je t’ai dit, Dojimaru : je suis née non pas comme un humain, mais comme un renard que ton père Yasuna a sauvé des chasseurs. J’ai été transformée en femme à la demande d’Inaridaimyojin afin de racheter son nom de famille, et nous avons produit un enfant, toi. Mais même dans le monde animal, l’amour entre mère et femme est le même. J’avais espéré rester ici jusqu’à ce que tu aies 10 ans, mais ce n’est plus possible. Grandis pour devenir un fils moral, travailleur et dévoué. Cette inestimable balle magique t’est confiée. Elle t’aidera si tu l’as avec toi à tout moment. »

Il s’est levé pour partir, mais le chagrin de la séparation l’a fait sangloter pendant longtemps.

Kitsunetsuki

Le terme « kitsunetsuki » se traduit littéralement par « obsession du renard ». La victime est généralement une jeune femme, et le renard entre par ses seins ou sous ses ongles. Il a été rapporté que les expressions faciales des victimes se modifient pour imiter celles d’un renard dans certains cas. Selon la légende japonaise, la possession par le renard peut rendre les victimes analphabètes incapables de lire pendant une courte période et, une fois libérée, la victime ne pourra plus consommer de tofu, de haricots azuki ou d’autres aliments préférés des renards.

L’exorcisme, qui est souvent pratiqué au temple Fushimi Inari de Kyoto, peut convaincre un renard de quitter son hôte. Dans le passé, des victimes de Kitsunetsuki ont été abattues ou brûlées dans l’espoir de contraindre le renard à partir. Après la découverte de l’obsession d’un membre de la famille, des familles entières ont été mises à l’écart par leur communauté.

La Kitsunetsuki a été reconnue comme une maladie au Japon peu après l’ère Heian, et elle est restée un diagnostic fréquent de maladie mentale jusqu’au début du vingtième siècle. Les personnes atteintes de cette maladie croient qu’elles ont été possédées par un renard. Les symptômes sont l’envie de riz ou de haricots rouges sucrés, l’apathie, l’agitation et l’aversion pour le regard.

kitsune 4

Kitsune-ken

Le Kitsune-ken (le poing du renard) est un jeu traditionnel qui fait allusion au pouvoir des kitsunes sur les humains. Le jeu ressemble à pierre, papier, ciseaux, sauf que les trois positions de la main représentent respectivement un renard, un chasseur et un chef de village. Le chef triomphe sur le chasseur, le chasseur triomphe sur le renard qui tire, et le renard triomphe sur le chef qui enchante.

Yomeiri no Kitsune

La pluie dans le ciel (pluie avec le soleil) est connue au Japon sous le nom de Kitsune no Yomeiri, ou « Le mariage du renard », d’après un conte racontant le mariage d’un renard et d’une renarde dans des circonstances météorologiques similaires. Cet événement est considéré comme un bon présage, mais si un individu malchanceux assiste au rituel, les renards le poursuivront pour le reste de sa vie en représailles.

1 réflexion sur “Kitsune, le Renard Japonais métamorphe et charmeur”

  1. Ping : Yokai : les 10 Créatures Japonaises les Plus Connues | Tableaux Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *